Pourquoi j'ai choisi l'autoédition ?



Bonjour amis gribouilleurs !

En ce samedi 16 Juin, j'ai décidé d'aborder un sujet un peu controversé puisqu'il s'agit de l'autoédition. Controversé car je me rends compte que pour beaucoup de personnes encore malheureusement, l'autoédition n'est pas une bonne méthode.

Mais y-a-t-il vraiment une bonne méthode ? Je me souviens d'une remarque que j'ai vue passer sur les réseaux sociaux qui disaient que si les grandes maisons ne voulaient pas de ton manuscrit, alors c'est que tu ne méritais pas d'être publié ( si, si ... ). A cela je réponds toujours que parmi les "pépites" qui sont publiées par les grandes maisons d'édition, il n'y a pas que de la qualité. A chacun son point de vue. Toujours est il que l'autoédition est pour moi une méthode vraiment confortable, que je regrette de ne pas avoir choisie plus tôt.

Tout d'abord, lorsque l'on s'auto publie, il n'y a pas de délai à respecter concernant l'écriture d'un manuscrit, et ça c'est vraiment top ! Quel stress de devoir rendre un premier jet tel jour à tel heure pour respecter des plannings d'édition. Lorsque vous êtes autonome, personne ne vous en voudra si vous avez quinze jours de retard, le tout est que vous trouviez votre histoire complète et bien faite.

Ensuite, le seul fait de conserver un total droit de regard sur mes romans m'a poussé vers cette méthode. On peut choisir le prix auquel on souhaite vendre son travail, et du coup on est mieux rémunéré ( pour avoir connu une maison d'édition à compte d'auteur, je vous le certifie ! ). On peut vendre ses livres dans plusieurs pays, dans sa langue initiale évidemment. On peut retirer le livre du catalogue pour le retravailler et le republier plus tard, modifier la description, les mots-clés, les catégories, faire et refaire à volonté puisque vous disposez d'une interface spécialement dédiée à la création de votre ouvrage.... Bref, il y a beaucoup de petites choses que je peux faire à présent et qui m'étaient impossible en passant par une maison d'édition.

Concernant le marketing de l'auteur, on ne va pas se mentir, c'est un travail très important qu'il faut fournir. Plusieurs petites choses s'offrent à vous dans la mesure du gratuit ou presque  : les partages sur les réseaux sociaux, le bouche à oreille, offrir un exemplaire à une personne influente, des articles sur vos blogs et sites internet, des vidéos, des direct Facebook, des envois de messages privés, l'envoi de votre ouvrage à un journal local... Vous pouvez même tenter l'envoi de SMS à tout votre répertoire si vous le souhaitez ! Vous avez après bien entendu la solution un peu plus onéreuse de financer de la publicité Facebook par exemple, qui peut vous apporter un peu de visibilité et quelques lecteurs. Dans tous les cas, vous faire connaître et faire connaître vos œuvres sera un travail titanesque, soyez en conscients ! Mais au final, c'est un réel plaisir!

Avant d'être en autoédition, je suis passée par Edilivre. Pour avoir connu les deux cas de figure, je peux affirmer sans la moindre hésitation qu'avec Edilivre j'étais pieds et poings liés pour un volume de ventes pas très dense, alors qu'en passant par la plateforme Amazon KDP, j'ai travaillé du début à la fin en toute autonomie, mon roman a gagné en visibilité de façon évidente puisqu'il est disponible également en Kindle ( et croyez-moi, il y a énormément de lecteurs qui aiment les versions électroniques !) et je récolte les fruits de mon labeur à hauteur de ce que je m'investis à présent dans la partie marketing, mais c'est très gratifiant ! Si j'avais su, je serais passé dès le départ par Amazon, qui offre de multiples possibilités. Attention, toutes les maisons d'éditions ne sont pas des escrocs et il y en a de très bien qui travaillent dans le respect complet de l'auteur et de ses œuvres !

Je reviendrai prochainement sur les différentes possibilités qui nous sont offertes en tant qu'autoédités concernant le marketing.

Amis des mots, à bientôt !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

5 Points qui m'ont aidé à terminer un roman !

Revue Littéraire : "Il était une lettre " de Kathryn Hughes

Chronique littéraire : "Ticket de Caisse" par Françoise Vielzeuf